Entretien avec Nicole Brenez, cinéphile, chercheuse, archéologue & pirate

Date de publication:

26 février 2019

Durée:

1h08

Animateurs:

Thibault Elie, Maxime Rodriguez

RÉSUMÉ

Cinéphile, chercheuse, archéologue et pirate, quatre mots pour décrire le travail et la passion de Nicole Brenez. Avec elle, nous explorons une voie de traverse intimement liée aux créateurs et créatrices. Une discussion qui raconte son travail de mise en lumière de leur travail et en même temps les coulisses de la création d’une œuvre importante : Nicole Brenez est l’une des quatre personnes au générique du Livre d’image, film de Jean-Luc Godard qui a remporté la Palme d’Or Spéciale à Cannes en 2018.

Un film dont elle nous parle comme analyste et spécialiste du cinéma de Godard mais aussi comme celle qui a assisté au plus près de sa fabrication. Créditée comme archéologue du Livre d’image, elle a participé à la recherche de tous les films qui composent le film. Selon elle il faut voir dans la radicalité de ce film un mode d’emploi pour les autres cinéastes qui pourraient y puiser de nouvelles idées formelles.  Un film qui réinvente aussi la diffusion en décentralisant ce « partage » ou cet « accueil » en dehors des salles de cinéma dans des dispositifs plus modestes.

Un travail de chercheuse qui s’intéresse à l’histoire des formes et à l’histoire de l’art, aux questions esthétiques autant qu’aux questions politiques qui sont souvent liées. Spécialiste des avant-gardes, elle reprend le cinéaste et théoricien Jean Epstein pour définir l’avant-garde qui serait « comme la sève dans un arbre : sans l’avant-garde le cinéma ne peut pas vivre. » Une dynamique qu’elle identifie, analyse et répertorie pour cartographier l’essence même du cinéma.

Nicole Brenez a l’occasion de prolonger cette recherche sur les avant-gardes dans le cadre de sa programmation à la Cinémathèque Française[1]. Chaque mois sont présentés de nouveaux films, contemporains comme anciens, célèbres ou méconnus et mis en valeur. Néanmoins sans se soucier de l’affluence et des recettes des séances : à ses yeux il est important que des films très difficiles puissent être montrés sans avoir ce soucis de remplir la salle.

Également directrice de recherches et enseignante à la Sorbonne Nouvelle comme à la Fémis, elle présente cette autre histoire du cinéma à des élèves qui aspirent à créer eux aussi. Un travail essentiel pour faire découvrir au monde les films importants d’hier et oubliés aujourd’hui. De la radicalité politique à la radicalité formelle il n’y a selon elle qu’un petit pas à franchir.

LES CHAPITRES

00:05:11 — Le Livre d’image : un film fait de remplois de films mais aussi d’images originales, neuves et inédites
00:11:03 — Le Livre d’image : un “mode d’emploi” de cinéma pour cinéastes…reconnu et salué à Cannes
00:14:35 — Le Livre d’image : Le film le plus expérimental de Godard avec une nouvelle forme de partage et d’accueil
00:21:25 — La rencontre entre Nicole Brenez et Jean-Luc Godard : de l’étude de ses premiers films aux réunions de travail
00:27:55 — Qu’est-ce qu’un film ou un cinéaste d’avant-garde ?
00:32:01 — L’archéologie des films, un travail concret pour la Cinémathèque française
00:32:43 — René Vautier, patriarche du cinéma engagé français trop peu défendu ?
00:38:34 — Publics, modes de diffusion et de partage des cinémathèques
00:48:05 — Cartographier les avant-gardes contemporaines : peut-on tout voir et tout recenser ?
00:53:30 — Les images amateures de citoyens ou de collectifs permettent de faire l’histoire de la conte-information
00:56:12 — Comment enseigner à la FEMIS aujourd’hui, incubateur politique et radical du cinéma français de demain ?

Télécharger en MP3

ÉCOUTER SUR YOUTUBE

ÉCOUTER L'AUDIO

BIOGRAPHIE

Nicole Brenez est formée à l’Ecole Normale Supérieure de Saint-Cloud avant d’être reçue à l’agrégation de lettres modernes. Elle soutient une thèse de doctorat intitulée Autour du Mépris. Deux problèmes cinématographiques rapportés à l’invention figurative et solutions filmiques[2]. Sous la direction du philosophe et historien de l’art Hubert Damisch, elle s’intéresse à l’analyse figurative et renouvelle l’analyse filmique.

Elle écrit à ce titre deux ouvrages importants : Shadows de John Cassavetes, étude critique en 1995 puis De la Figure en général et du Corps en particulier. L’invention figurative au cinéma en 1998. Nicole Brenez défend également le cinéma de Philippe Grandrieux dans La Vie nouvelle, nouvelle Vision en 2005 ou celui d’Abel Ferrara avec Abel Ferrara, Le mal mais sans fleurs en 2008.

À la suite d’une rétrospective sur le cinéma expérimental à la Cinémathèque Française en 2000, elle publie avec l’artiste Christian Lebrat un livre de 600 pages : Jeune, dure et pure ! Une Histoire du cinéma d’avant-garde et expérimental en France. En 2007 les Cahiers du Cinéma éditent un petit livre se voulant être une introduction aux cinéastes et films d’avant-garde. Nicole Brenez participe également à de nombreux colloques, festivals, jurys et expositions à travers le monde.

Enseignante dans de nombreuses universités (Aix-Marseille, Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Sorbonne Nouvelle – Paris 3, Montréal, Iowa), elle rejoint en 2017 la tête du Département Analyse et Culture Cinématographique de la Fémis et continue de diriger mémoires et thèses d’étudiants à la Sorbonne Nouvelle. En 2018 elle participe au film Le Livre d’image en tant qu’« archéologue » auprès de Jean-Luc Godard. Un cinéaste qu’elle a étudié depuis sa thèse en participant aux livres Jean-Luc Godard, documents en 2006 puis Jean-Luc Godard théoricien des images en 2015.

NOTRE CONSEIL DE LECTURE

Cinéaste prolifique n’ayant cessé de se réinventer, Jean Epstein a écrit de nombreux textes lumineux sur le cinéma. Le Cinéma du diable fait partie de cet ensemble de textes qui permettent de penser l’essence de ce qu’est le cinéma. Il y défend la thèse que le cinéma met du désordre dans ce que nous croyons du monde, ce qui le rend diabolique. Ainsi « puisque s’avérait photogénique ce qui bouge, ce qui mue, ce qui vient pour remplacer ce qui va avoir été, la photogénie, en qualité de règle fondamentale, vouait d’office le nouvel art au service des forces de transgression et de révolte. »

BIBLIOGRAPHIE

LE LIVRE D'IMAGE (dir. Jean-Luc Godard, 2018)

“Te souviens-tu encore comment nous entrainions autrefois notre pensée ?
Le plus souvent nous partions d’un rêve…

Nous nous demandions comment dans l’obscurité totale
Peuvent surgir en nous des couleurs d’une telle intensité

D’une voix douce et faible
Disant de grandes choses
D’importantes, étonnantes, de profondes et justes choses

Image et parole

On dirait un mauvais rêve écrit dans une nuit d’orage

Sous les yeux de l’Occident
Les paradis perdus

La guerre est là…”

BANDE-ANNONCE N°1
BANDE-ANNONCE N°3
BANDE-ANNONCE N°2
CONFÉRENCE DE PRESSE
Liste des films recommandés pour le Département Analyse et culture cinématographique de la Fémis
Liste complémentaire de films recommandés par Nicole Brenez
La rencontre avec Jean-Luc Godard

Ensemble et séparés. Le 17 novembre 2004 Nicole Brenez dialogue à distance et en vidéo avec Jean-Luc Godard au Fresnoy.

NOS AUTRES GRANDS ENTRETIENS...

Écouter tous les entretiens
Liste des grands entretiens

ABONNEZ-VOUS AU PODCAST !

Audio
YouTube
Spotify